Le concept d’efficacité

Nous introduirons cette note par le propos de Thibault Le Texier1,

« personne ne questionne plus le principe d’efficacité, l’un des points cardinaux du management. Avant le XIXe siècle, ni l’efficacité ni le profit ne constituaient des critères de choix déterminants : on leur préférait généralement la solidarité familiale, la loyauté ou encore la confiance. Désormais, même en politique, l’efficacité est une valeur suprême – davantage que la justice ou la souveraineté. On peut décider de politiques très efficaces et parfaitement injustes sans que ça ne choque grand monde ! »

D’après Le Petit Robert (2017), l’efficacité est « ce qui produit l’effet qu’on en attend » mais aussi « la capacité de produire le maximum de résultats avec le minimum d’effort, de dépense ». Selon la première définition, qui est la plus courante, un outil efficace est un outil qui fonctionne et qui produira l’effet attendu par son concepteur.

Chesterton l’a bien vu, « une action ne peut être un succès ou un échec qu’une fois accomplie ; auparavant, elle ne peut être que bonne ou mauvaise dans l’abstrait. […] Si une opération est accomplie, elle a été efficace. Si un homme a été assassiné, l’assassinat a été efficace. « L’efficacité » est, bien entendu, futile, au même titre que les « hommes forts », la «.volonté », et le surhomme sont futiles. Elle est futile parce qu’elle ne s’intéresse aux actions qu’une fois accomplies. »2

Il revient à Couffignal d’avoir défini la cybernétique comme « l’art de rendre efficace l’action »3, ce qui, pour Pierre Musso, est exactement la définition du management :

« Il [Louis Couffignal] présente le syllogisme suivant : « Quelle que soit la façon dont l’être humain adapte le programme d’action au milieu extérieur, cette modification se fait sous le contrôle d’un critère de qualité universel qui est l’efficacité. » Or, « une action, un acte, un programme sont efficaces s’ils conduisent au but assigné. » Conclusion : « La cybernétique est l’art de rendre efficace l’action . » Ordonnés par la nouvelle trinité buts / moyens / résultats, au nom de l’« efficacité », le management et la cybernétique fusionnent dans la recherche d’un gouvernement rationnel et efficace, dépolitisé, technologisé, automatisé : un pouvoir enfin pleinement scientifique. »4

Dans le monde des ingénieurs, il s’agit bien de l’efficacité qui constitue l’idéal ultime à rechercher. Ainsi que le notent Boltanski et Thevenot dans leur ouvrage De la justification (paru en 1991), la cité industrielle constitue l’un des mondes communs distinct de la cité marchande dans lequel la grandeur repose sur l’enrichissement. En effet, « dans la cité industrielle, la grandeur est fondée sur l’efficacité, et détermine une échelle des capacités professionnelles. »5

  1. http://www.liberation.fr/debats/2016/01/29/thibault-le-texier-nous-sommes-si-impregnes-par-la-logique-de-l-entreprise-que-nous-l-appliquons-a-n_1429856 []
  2. Chesterton, Le monde comme il ne va pas, Editions l’Age d’Homme, Lausanne, 1994, p.17. []
  3. Louis Couffignal, La cybernétique, Que sais-je n°638, 3ème édition, P.U.F., 1968, p.23. []
  4. Pierre Musso, La religion industrielle. Monastère, Manufacture, Usine. Une généalogie de l’entreprise, Paris. Fayard, 2017, p. 691. []
  5. Boltanski et Thevenot, Le nouvel esprit du capitalisme, Editions Gallimard, collection Tel, 2011, p. 66. []

La Technique : bibliographie

Cette note [mise à jour régulièrement] recense quelques textes de philosophes et auteurs qui ont élaboré une philosophie critique de la technique (principalement du 20ème siècle). L’étude de la Technique moderne comme phénomène inédit dans l’histoire humaine est un préalable essentiel pour élaborer une philosophie de l’économie pertinente pour les sociétés occidentales contemporaines.

Continuer la lecture de « La Technique : bibliographie »

Philosophie de l’économie et du management

Maître de Conférences en gestion membre du Laboratoire d’Etude et de Recherche sur l’Economie, les Politiques et les Systèmes Sociaux (LEREPS, EA 4212, laboratoire rattaché à Sciences Po Toulouse), ce carnet présente les différentes étapes d’un projet de recherche sur la philosophie de l’économie et du management. Sont présentés dans ce carnet les comptes-rendus de colloques organisés sur les thématiques de cette de recherche, les projets d’articles scientifiques qui en découlent et les travaux préparatoires à la publication d’un ouvrage sur la philosophie de l’économie. L’approche retenue est clairement interdisciplinaire et s’appuie sur les interactions entre l’économie, la sociologie et le management dans une perspective de philosophie des sciences.